BIENTÔT DISPONIBLES: LES CAUTIONNEMENTS ÉLECTRONIQUES TRISURA

BIENTÔT DISPONIBLES: LES CAUTIONNEMENTS ÉLECTRONIQUES TRISURA

Avec Matt Baynton, Vice-président, Cautionnement (National)

Q: Comment puis-je accéder à la plateforme de cautionnement électronique Trisura en ligne ?

R: Si vous ne l’avez pas fait auparavant, vous pouvez demander l’accès aux cautionnements électroniques de Trisura en ligne en cliquant sur l’onglet « Pour commencer », plus haut.


Q: 
Quels sont les coûts de traitement d’un cautionnement électronique au moyen de Trisura en ligne ?

 

R: : Il n’y a aucun coût quand on utilise la plateforme de cautionnement électronique de Trisura. C’est un service gratuit qui est offert à tous les courtiers et entrepreneurs existants de Trisura.

 

Q: Est-ce que la plateforme de cautionnement électronique Trisura en ligne a été approuvée par l’Association canadienne de caution (ACC) et acceptée par les fournisseurs de services électroniques d’appels d’offres (MERX, Biddingo, etc.) ?

R: Oui. Les cautionnements électroniques générés au moyen de Trisura en ligne sont approuvés et acceptés par toutes les parties intéressées.

Q: Pouvez-vous m’expliquer le processus de signature électronique ?

R: Tout d’abord, le courtier téléverse les documents qui doivent être signés concernant les cautionnements électroniques dans la plateforme Trisura en ligne. Par la suite, il utilise un outil de positionnement de la signature graphique pour préparer les documents. Les renseignements relatifs au signataire sont subséquemment ajoutés aux documents puis la transaction est envoyée au client en appuyant sur un bouton. Le signataire reçoit alors un courriel comprenant un lien intégré et sécurisé sur lequel il suffit de cliquer afin de signer les documents. Aussitôt que la signature est apposée, toutes les parties prenantes sont informées par courriel que les documents ont été signés électroniquement et les parties ont l’accès requis pour pouvoir télécharger les documents sur leur propre ordinateur ou appareil mobile.

Q: Est-ce que des documents peuvent être signés à partir d’un appareil mobile ?

R: Oui. Quand l’espace réservé pour la signature du client et le sceau de la compagnie a été préparé par le courtier sur les documents puis que le tout a été envoyé par courriel, le client est en mesure de signer les documents au moyen de son appareil mobile en appuyant sur l’endroit prévu pour sa signature.

Q: Est-ce que les entrepreneurs sont tenus de s’inscrire ou de s’enregistrer pour ouvrir un compte afin de signer les documents ?

R: Non, les clients qui signent les documents comme débiteur principal n’ont pas à s’inscrire ou à s’enregistrer pour ouvrir un compte. Une fois que les documents ont été envoyés par le courtier au client, ce dernier n’a qu’à cliquer sur le lien intégré au courriel puis à signer.

Q: : Est-ce que les sceaux de l’entrepreneur sont exigés ? Si oui, comment sont-ils apposés sur les documents ?

R: Une image numérique du sceau du débiteur principal doit être téléversée puis traitée par le courtier. Quand un sceau est assigné à un entrepreneur, ce sceau sera apposé sur les documents à côté de la signature électronique relative au cautionnement.

Q: Quelle est la limite de taille pour chaque document ?

R: La taille de fichier maximale est de 10 Mo.

Q: Comment peut-on garantir l’intégrité des documents ?

R: Adobe Reader et les principaux logiciels spécialisés dans l’industrie sont utilisés pour vérifier l’intégrité d’un document et effectuer une vérification rétrospective. Quand un document est ouvert, une vérification de l’intégrité de ce document est automatiquement effectuée et une mention apparaît dans le haut du document pour confirmer qu’il est sécurisé. Un simple clic sur une signature validera à la fois le document et la signature puis donnera accès à des renseignements détaillés au sujet de la signature.

Q: Comment les documents sont-ils stockés ?

R: Les documents sont stockés dans la base de données Silanis e-SignLive.

Q: Comment les documents sont-ils livrés ?

R: Une fois que les documents ont été signés, le client peut ensuite les télécharger et soumettre le fichier aux fournisseurs de services électroniques d’appels d’offres appropriés (MERX, Biddingo, etc.).

Q: Quels navigateurs Web sont en mesure de prendre en charge les cautionnements électroniques générés par Trisura en ligne?

R: Les navigateurs suivants peuvent prendre en charge les cautionnements électroniques générés par Trisura en ligne (témoins activés) :
Microsoft Internet Explorer 11 et 10; JavaScript activé
Google Chrome (dernière version)
Mozilla Firefox (dernière version)

UN NOUVEAU CHAPITRE

UN NOUVEAU CHAPITRE

« IL EST BIEN DE SONGER À LA FIN DU VOYAGE AVANT DE L’ENTREPRENDRE, MAIS À LA FIN, C’EST LE VOYAGE QUI COMPTE. »

-ERNEST HEMINGWAY

Au cours des 11 dernières années, l’équipe de Trisura a poursuivi son odyssée afin de développer les meilleurs produits d’assurance spécialisés au Canada dans le but avoué de devenir LE chef de file par excellence au pays en matière de produits d’assurance spécialisés. Nous apprécions le fait que vous nous avez accompagnés dans ce périple. Pour notre part, nous avons le sentiment que cela ne fait que commencer !

Le mois dernier, nous avons annoncé l’ouverture d’un nouveau chapitre pour notre compagnie et des changements à venir dans la structure d’entreprise de Trisura Garantie qui nous permettront de poursuivre notre voyage. Cependant, à la lumière des commentaires reçus d’un certain nombre de personnes, il m’a semblé évident que mes explications sur ces initiatives n’avaient pas été bien comprises. Alors, je recommence.

En résumé, Brookfield se départit de sa participation dans Trisura Garantie et dans Imagine Re en procédant à la réorganisation de ces deux sociétés par la création d’une nouvelle société ouverte qui sera détenue par les actionnaires de Brookfield (au début) et inscrite à la cote de la TSX. Cette nouvelle plateforme globale sera connue sous l’appellation Trisura Group Ltd. L’une des priorités stratégiques clés du Groupe sera d’incuber une nouvelle société en démarrage aux États-Unis qui sera spécialisée en assurance de dommages.

Voici quelques renseignements plus précis à ce sujet. Brookfield transférera sa participation de 60 % dans 6436978 Canada Limited (la société qui détient à 100 % la Compagnie d’assurance Trisura Garantie) dans une nouvelle compagnie qu’elle vient de constituer en société. La direction et les employés de Trisura continueront de détenir une participation de 40 % dans 6436978 Canada Limited. En même temps, Brookfield transférera également sa participation à 100 % dans Imagine Re, un réassureur établi aux Bermudes et à la Barbade qui est actuellement en voie de liquidation, pour former une nouvelle société qui exercera ses activités sous la même appellation. Pour commencer, la nouvelle société détiendra une participation de 60 % dans Trisura Garantie et de 100 % dans Imagine.

Brookfield cèdera ensuite la propriété de la nouvelle société sous forme d’un dividende spécial versé à tous les actionnaires existants de Brookfield. Ceux-ci seront les actionnaires initiaux de la nouvelle société, mais la situation commencera évidemment à changer quand les actions seront négociées. En tant que personne morale, Brookfield ne détiendra plus aucune participation dans Trisura. La nouvelle société sera inscrite à la cote de la TSX (un prospectus a déjà été déposé et rendu public au mois de février) et connue sous la dénomination sociale Trisura Group Ltd. Peu de temps après, Trisura Group Ltd appuiera une initiative visant à faire entrer la compagnie sur le marché américain de l’assurance de dommages par l’entremise d’une nouvelle société en démarrage appelée Trisura Specialty Insurance Company (ou Trisura US).

Après son inscription en Bourse, Trisura Group Ltd détiendra trois principales filiales réglementées : Trisura Garantie (activités sur le marché canadien), Imagine Re qui sera renommée Trisura International Insurance (activités en matière de réassurance) et Trisura Specialty Insurance (activités sur le marché américain). Trisura Group Ltd a pour objectif de devenir une importante plateforme globale en matière d’assurance avec le temps.

Le chef de la direction de Trisura Group Ltd sera Greg Morrison, un citoyen canadien résidant aux Bermudes. Il possède une longue expérience en matière de réassurance et relativement à d’autres aspects qui intéressent l’industrie. Pour ma part, je conserverai mon poste de chef de la direction en ce qui a trait aux activités sur le marché canadien. De plus, comme je l’ai mentionné plus tôt, nous ne prévoyons que très peu de changements dans les activités quotidiennes de Trisura Garantie. En revanche, nous croyons que la création de Trisura Group Ltd contribuera à stimuler notre croissance future.

Parmi les avantages de ces changements pour Trisura Garantie, on peut mentionner l’accès au capital par l’entremise de Trisura Group Ltd, de même qu’une concentration stratégique accrue axée sur les possibilités de croissance dans le marché de l’assurance.

J’aimerais profiter de l’occasion pour vous remercier de votre soutien solide et indéfectible envers Trisura au cours des 11 dernières années pendant que nous poursuivions notre voyage afin de devenir l’assureur chef de file de produits spécialisés au Canada. Notre histoire est vraiment remarquable, faite de rebondissements inattendus et de fous rires tout au long de ce voyage. J’ai hâte de partager avec vous un nouveau chapitre de cette histoire.

Pour toute question, n’hésitez pas à communiquer avec moi. Merci encore.

LE BANC DES PUNITIONS

LE BANC DES PUNITIONS

LE BANC DES PUNITIONS

Publié: 15 mars 2017

PAR MICHAEL CAMPBELL

Revenons un peu en arrière. Parfois appelées la « boîte noire » de l’industrie de l’assurance, les Solutions de risques sont plus précisément une façon de répondre à des risques non-traditionnels en fournissant une couverture adaptée à des circonstances particulières que les produits d’assurance plus traditionnels ne sont pas en mesure de couvrir. L’objectif principal de cette couverture non-traditionnelle est de protéger le consommateur contre les lacunes en matière d’assurance ou, si vous comprenez ma métaphore à propos des gardiens de but, cela se résume en quelques mots : protection, couverture, etc. (Cela va de soi.)
Lacunes (gaps, en anglais). Bon, concentrons-nous sur ce mot ou plutôt sur les deux significations de ce mot. Il y a d’abord le mot « GAP » puis le mot « gaps ». Un « gap » est un espace vide. Une couverture « GAP » est un produit d’assurance en matière de Solutions de risques (vraiment pas le groupe de magasins de vêtements…) qui signifie Protection garantie de l’actif. Il s’agit d’un produit d’assurance conçu pour protéger les consommateurs contre les capitaux propres négatifs quand leur véhicule est une perte totale en raison d’un accident ou d’un vol.

Il est maintenant temps de passer à ma conversation avec Rob Litt qui amorce notre discussion en faisant référence à une situation qui est connue tout autant des personnes qui possèdent un véhicule que de celles qui n’en possèdent pas.

« Un nouveau véhicule se déprécie aussitôt que vous le sortez du stationnement d’un concessionnaire. Un assureur automobile ne paiera que la valeur dépréciée du véhicule et ce montant ne sera sans doute pas suffisant pour rembourser le solde total du prêt. Trisura offre un produit qui permet de rembourser le solde restant », explique-t-il.

En d’autres mots, pas de mauvaises surprises.

« IL SE POURRAIT QUE VOUS-MÊME OU UNE PERSONNE QUE VOUS CONNAISSEZ POSSÉDIEZ UN VÉHICULE QUI EST UNE PERTE TOTALE ET QUE LE RÈGLEMENT OFFERT PAR L’ASSURANCE EST INFÉRIEUR AU SOLDE DU PRÊT. IL N’EST JAMAIS AGRÉABLE DE DEVOIR PAYER DE SA POCHE PLUSIEURS MILLIERS DE DOLLARS SUR UN ACTIF QUI EST MAINTENANT BON POUR LA POUBELLE »

La Protection garantie de l’actif a représenté une part importante des revenus de Trisura en matière de Solutions de risques au cours des années. Litt estime que l’innovation et la diversification sont indispensables pour assurer le succès continu de cette classe d’affaire. Il mentionne les crises financières de 2008 et, dans leur foulée, l’effondrement de l’industrie automobile, comme des exemples sérieux à méditer.

Si j’étais dans une salle de classe, c’est maintenant que je lancerais ma craie sur tous les étudiants endormis pour les contraindre à écouter (c’est peut-être une bonne chose que je ne suis pas devenu un prof !).

« Les consommateurs sont désormais plus avertis. Ils ont un accès illimité à une masse de renseignements et ils sont plus instruits. Ils ne veulent pas qu’on les berne », soutient Litt qui conseille aux entreprises de bien évaluer les besoins des consommateurs en fonction de considérations pratiques et en proposant des solutions personnalisées.

« LES CONSOMMATEURS SONT DÉSORMAIS PLUS AVERTIS. ILS ONT UN ACCÈS ILLIMITÉ À UNE MASSE DE RENSEIGNEMENTS ET ILS SONT PLUS INSTRUITS. ILS NE VEULENT PAS QU’ON LES BERNE »

…soutient Litt qui conseille aux entreprises de bien évaluer les besoins des consommateurs en fonction de considérations pratiques et en proposant des solutions personnalisées.

Ce qui distingue un assureur de tous les autres, c’est un engagement clairement exprimé d’agir sur la base d’intentions transparentes qui sont susceptibles d’aider les courtiers à devenir ou à rester pertinents. Les propos de Litt soutiennent l’idée que le réseau de courtiers sera toujours tenu d’aider les consommateurs à choisir le type d’assurance qui comblera les lacunes en matière de couverture. Les tendances qui évoluent constamment, comme celle du grand méchant loup de l’assurance directe auprès des consommateurs, ont pour effet de donner un certain confort aux consommateurs, mais elles les privent également de conseils professionnels et personnalisés. Il est vrai que les renseignements sont plus accessibles que jamais. Cependant, quelle sera la personne qui donnera un sens à cette masse de renseignements ? Comment le consommateur peut-il séparer le bon grain de l’ivraie à cet égard ? Les courtiers s’emploient à trouver le bon grain. Pour leur part, les assureurs doivent travailler fort afin de développer des produits pertinents dans ce contexte.

« Aujourd’hui, la démarche commerciale de Trisura consiste à offrir une juste valeur au consommateur », précise Litt. « Quelle est la réputation de l’administrateur du régime ? Les assureurs exigent-ils des primes suffisantes pour couvrir leur responsabilité future ? »

Litt est un gars passionné et je tenais vraiment à ce qu’il exprime ce sentiment dans notre entrevue.

« Les gens n’aiment pas les menteurs. C’est facile à comprendre. Ils tiennent à être traités équitablement et respectueusement. »

Quand il est question d’intentions transparentes, on ne peut pas mieux dire. Vous pourriez être tentés de jouer à l’arbitre et décerner un deux minutes de punition pour un tel commentaire, mais bon, nous étions déjà au banc des punitions et nos deux minutes d’entrevue tiraient à leur fin.

« NOUS FAISONS PREUVE DE FERMETÉ QUAND IL S’AGIT D’ÉTABLIR DES LIMITES À NOTRE ACTION. NOUS EFFECTUONS BEAUCOUP DE DILIGENCE RAISONNABLE. NOUS POSONS DES QUESTIONS DIFFICILES. NOUS ACCOMPLISSONS BEAUCOUP DE TRAVAIL QUAND NOUS INITIONS UN DOSSIER. »

Ce n’est pas une mince affaire de trouver des façons de combler les lacunes en matière de couverture. Cela prend du cran et une bonne dose de « fermeté » pour reprendre le mot de Litt. Cependant, le rôle du courtier est encore plus exigeant, car celui-ci devra livrer concurrence au processus robotisé du futur. La couverture « GAP » a été créée par des gens qui ont à cœur la protection de leurs clients. L’objectif ultime, c’est que le consommateur en sorte gagnant. L’atteinte de cet objectif pourrait faire toute la différence entre une perte dévastatrice et un gain remarquable. Soyez prêts à toute éventualité !

*

Si cet article vous a plu, notre blogue propose d’autres textes intéressants. Nous vous invitons à consulter notre blogue au Trisura.com/ressources/blog. Vous pouvez également nous suivre sur LinkedIn et Twitter afin de rester à l’affût des nouvelles que nous vous partagerons.

Employé vedette – Liette Desrosiers

Employé vedette – Liette Desrosiers

Commercial Surety profile

Q: Comment avez-vous commencé votre carrière dans l’industrie de l’assurance?

R: Honnêtement, je n’avais jamais envisagé une carrière dans le domaine de l’assurance durant mon parcours académique. Alors que je terminais mon CEGEP à Québec et que je devais entrer à l’Université à l’automne faire une majeure en traduction d’allemand, j’ai accepté un travail d’été en réassurance. J’ai beaucoup aimé mon expérience de travail et la direction m’a demandé si je désirais poursuivre avec l’entreprise…et j’ai accepté ! Trois années plus tard, la compagnie prenait la décision de transférer toutes ses lignes d’affaires « internationales » à Montréal et nous avions la possibilité de suivre ou non, ce que j’ai fait. En 1990, suivant plusieurs pertes majeures, la direction a fermé le département de réassurance et a relocalisé les employés dans divers secteurs, c’est alors que j’ai commencé ma carrière dans le domaine du cautionnement.

Q: Quel a été le changement le plus important dans l’industrie depuis vos débuts chez Trisura?

R:  Notre industrie a beaucoup changé depuis les dernières années ! Mises à part nos relations interpersonnelles avec les courtiers qui demeurent l’élément essentiel – le cœur de nos relations d’affaire – je serais tentée de vous dire que tout est très différent ! Que nous pensions, à priori, aux technologies qui ont grandement évolué et qui ont aussi permis d’améliorer nos méthodes de travail. Aussi, il va sans dire que les besoins de notre clientèle sont très différents et évoluent rapidement selon la situation économique et ce, au niveau mondial. Les façons de transiger en affaire se sont affinées et sont beaucoup plus structurées : objectifs, plan d’action, stratégies de développement d’affaires, éducation, formation et présentation…nous devons combiner nos talents de souscription à ceux de vente afin de maintenir une croissance rentable et de pouvoir acquérir une plus grande part de marché. La compétition est un élément plus présent de nos jours. L’automatisation des tâches cléricales nous permet de nous consacrer plus activement au développement des affaires et à la recherche de nouveaux produits.

Q:  S’il y avait une chose que les courtiers devraient apprendre à propos des souscripteurs, que serait-elle?

R: Le principal rôle du souscripteur consiste à effectuer un travail de pré-qualification financière, il décide quels sont les risques à accepter ou à refuser selon plusieurs critères et détermine la prime appropriée en fonction des obligations liées aux différents produits. Nos décisions sont prises selon nos différents appétits et afin d’assurer une croissance rentable. Notre plus grand souci est d’être à l’écoute des besoins de nos courtiers et trouver des solutions profitables pour leurs clients afin de nous permettent d’établir des relations durables et de pouvoir partager nos expertises pour l’atteinte des nos objectifs communs.

Q: S’il y avait une chose que les souscripteurs devraient apprendre à propos des courtiers, que serait-elle?

R: En tant que souscripteur et partenaire d’affaire, nous devons garder à l’esprit que nos courtiers s’attendent à obtenir de notre part un excellent service et que la rapidité d’exécution est primordiale. Nous devons travailler à satisfaire ces exigences, avoir l’esprit ouvert et regarder toutes les opportunités possibles. Essentiellement, je suis d’avis que notre souci premier est de s’assurer de bien connaître chaque cabinet de courtage afin de mieux déterminer leurs besoins et de pouvoir apporter des solutions innovatrices et adaptées à leur clientèle. Selon moi, nous devons être plus réceptifs et imaginatifs, cette approche est essentielle pour arriver à se démarquer des autres marchés.

Q: Quel sera le rôle de la technologie dans l’avenir du cautionnement commercial?

R: Le rythme des changements technologiques, depuis le temps que je travaille, n’est qu’une ombre de ce que nous verrons au cours des 15 à 20 prochaines années. Cette prochaine vague de changements va fondamentalement remodeler toutes nos carrières.
Les fonctions administratives ainsi que les rôles de production connaîtront des baisses considérables. À l’inverse, les opérations commerciales et financières ainsi que les fonctions informatiques et mathématiques connaîtront des hausses importantes.

Plus particulièrement, dans le domaine des cautionnements commerciaux, je crois que Trisura a judicieusement positionné la compagnie en développant un portail pour faciliter le travail de nos courtiers. Nous considérons que cet outil représente la meilleure solution pour eux afin d’accroître leur volume d’affaire, de réduire les charges du travail administratif tout en favorisant de bonnes valeurs environnementales. Chez Trisura, nous nous considérons comme un leader en matière de technologies utilisées et nous nous engageons à le demeurer; nous sommes positionnés pour l’avenir, que ce soit entre autre, pour l’émission des cautionnements électroniques qui deviendra une réalité prochainement dans notre industrie. Des systèmes comme le portail nous permettent de faciliter la gestion de programmes, augmenter notre productivité avec un minimum d’effectif… en favorisant la réduction des coûts et l’augmentation de la croissance.

Q: Qu’est-ce que les courtiers devraient faire afin de continuer à connaître du succès à l’avenir?

R: Nos courtiers devront nécessairement revoir aussi leur façon de faire et passer à une vitesse supérieure en utilisant les technologies de pointe que nous pouvons leur offrir. Considérant que de nombreux assureurs offrent maintenant leurs produits en ligne et donnent accès directement aux consommateurs, nos courtiers d’assurance auront à faire des choix en s’associant avec les meilleurs assureurs qui seront susceptibles de pouvoir les aider à conserver et bien desservir leur clientèle.

 

Q: Finalement, quelle est la chose que vous préférez en ce qui concerne la Ville de Montréal? 

R: C’est une excellente question, très difficile d’avoir un seul favori !
Montréal possède tant d’attraits, tous aussi différents et intéressants, pour lesquels on aime cette ville ! On y retrouve beaucoup de diversité : gastronomie, vins et vie nocturne – concerts, spectacles – parcs et nature – le Vieux Montréal, la Petite Italie, etc…Cependant, puisque je suis une fille qui apprécie la nature et le plein air, je vous répondrais que le Mont-Royal est un de mes endroits préférés ! Ce magnifique parc naturel nous permet de nous évader en pleine nature…et ce, en plein cœur de la ville !