TOURNOI DE BALLE ANNUEL TRISURA

TOURNOI DE BALLE ANNUEL TRISURA

Le septembre 27th, courtiers ont participé à la cinquième édition annuelle du tournoi de balle molle de bienfaisance de Trisura. Une fois encore, cet événement s’est révélé un franc succès. Chaque année, Trisura fait don de 100 % des profits amassés lors du tournoi à un organisme communautaire local. En 2016, l’organisme bénéficiaire a été la Fondation Rêves d’enfants, une organisation qui a pour mission de réaliser les vœux d’enfants atteints d’une maladie grave afin que des moments de joie puissent égayer la situation souvent pénible d’enfants en phase terminale.

La Fondation Rêves d’enfants a été créée en 1984. Depuis ce temps, plus de 25 000 souhaits ont été réalisés. Grâce aux dons de notre personnel et de nos courtiers, Trisura a amassé plus de 20 000 $, ce qui représente davantage que le total amassé lors de tout tournoi tenu par le passé.

Employé vedette Alistair Cartwright

Employé vedette Alistair Cartwright

Q: Vous avez joint les rangs de Trisura en 2017 à titre de souscripteur principal, Cautionnement pour promoteurs immobiliers. Pouvez-vous nous partager ce qui vous a convaincu à accepter ce poste chez Trisura ?

R: Durant ma carrière, j’ai surtout travaillé pour des petites et moyennes entreprises. Pendant tout ce temps, j’ai constaté que de travailler pour de petites entreprises à croissance rapide était à la fois excitant et motivant. J’ai eu l’occasion de fraterniser avec quelques employés de Trisura lors d’événements de l’industrie. Dans mes conversations avec ces personnes, j’ai vu qu’il y avait une fébrilité grandissante autour de Trisura et j’ai également observé tout ce que cette entreprise avait pu accomplir en si peu de temps. J’ai entendu ces commentaires de la bouche des employés et de partenaires externes. Trisura bénéficie d’une excellente réputation dans l’industrie pour sa créativité, son orientation-client, son caractère proactif et l’excellence de ses services. À ces qualités s’ajoutent l’énergie, l’esprit de fraternité et l’engagement de ses employés. C’est tout cela qui m’a vraiment intéressé à me joindre à cette entreprise.

Q: Parlez-nous de vos débuts dans le domaine du cautionnement pour promoteurs immobiliers. Qu’avez-vous appris durant toutes ces années ?

 R:  Tout d’abord, je vous dirais que je m’estime très privilégié d’avoir pu travailler dans le secteur du cautionnement pour promoteurs immobiliers. Avant cela, j’étais à l’emploi d’une société internationale de courtage de réassurance en tant qu’analyste d’exploitation puis j’ai travaillé à titre d’analyste d’entreprise au sein d’une compagnie d’assurance et de cautionnement. Quand j’occupais ce dernier poste, j’avais exprimé mon intérêt pour devenir un souscripteur en matière de cautionnement. Les aspects financiers de ce travail, la possibilité d’établir des relations et la nature de ce travail, qui est axé sur l’élaboration de projets, me séduisaient. Comble de chance, la première occasion qui s’est présentée était au sein du service de cautionnement pour promoteurs immobiliers de l’entreprise où je travaillais alors.

Je me considère chanceux d’avoir pu travailler avec certains des meilleurs souscripteurs dans l’industrie et d’avoir beaucoup appris d’eux. Ce qui est génial avec le cautionnement pour promoteurs immobiliers, c’est que chaque transaction est différente. Je suis donc constamment confronté à des défis qui sont autant d’occasions d’en apprendre davantage et d’envisager des problèmes sous des angles différents. Une autre chose qui m’allume vraiment dans le cautionnement pour promoteurs immobiliers, c’est le fait que nous sommes exposés à différents secteurs d’activités, car le souscripteur est impliqué à toutes les étapes du développement d’un projet. En somme, ce travail m’a non seulement fourni l’occasion d’en apprendre encore plus sur nos produits, mais il m’a également permis de me familiariser davantage avec le droit immobilier, la planification, la construction et la gestion de projets, de même que le calendrier et le financement de projets.

Q: Est-il juste de mentionner que le cautionnement pour promoteurs immobiliers est un marché très circonscrit (si on fait référence à la taille de ce segment de marché dans le secteur du cautionnement) ? Si oui, pouvez-vous nous expliquer brièvement pourquoi ?

R: C’est juste. Rétrospectivement, le cautionnement pour promoteurs immobiliers constitue un marché relativement nouveau et il ne comprend qu’un nombre limité de fournisseurs. Au cours des dernières années, le nombre d’acteurs – sociétés de cautionnement, souscripteurs et courtiers – présents dans ce secteur s’est accru de manière significative. Cependant, ce marché reste encore relativement petit comparativement aux autres secteurs d’affaires en matière de cautionnement. Par conséquent, plusieurs des personnes qui sont actives dans cette industrie ont collaboré ensemble durant leur carrière, que ce soit comme collègues ou dans le cadre d’une relation d’affaires souscripteur / courtier.

Même si leurs parcours professionnels les ont séparés, ces relations d’affaires sont restées solides. Je crois que l’une des raisons principales qui expliquent ce phénomène, c’est le fait qu’il existe plusieurs possibilités pour les acteurs dans ce marché de se réunir à l’occasion des divers événements dans le domaine du cautionnement pour promoteurs immobiliers qui se déroulent au cours d’une année. En définitive, le cautionnement est une activité commerciale qui repose sur les relations et il en va de même du cautionnement pour promoteurs immobiliers.

Q: À votre avis, quelle est la chose la plus importante qu’on se doit de bien accomplir dans un contexte d’affaires (du point de vue d’un souscripteur) ? 

R: Dans notre rôle de souscripteurs, nous accomplissons bien des choses. À certains moments, nous sommes tour à tour des gestionnaires de risques, des responsables marketing, des vendeurs, des analystes financiers et des conseillers. Depuis que je travaille dans l’industrie, j’ai appris que ce qu’on doit le mieux accomplir dans un contexte d’affaires, c’est de fournir d’excellents services à nos clients et nos partenaires courtiers. Ces partenaires ont des échéanciers serrés et ils collaborent habituellement avec des groupes de consultants, d’avocats, de commerçants, de banquiers et de sociétés de cautionnement divers et de grande taille. Aujourd’hui et plus que jamais, il est devenu de plus en plus important de fournir des solutions innovatrices permettant à nos partenaires de compléter leurs projets actuels et futurs à temps et le plus efficacement possible. Enfin, les gens tiennent à faire des affaires avec des professionnels qui peuvent tenir leurs promesses et produire des résultats.

Q: Merci. Passons maintenant aux choses moins sérieuses … Vous venez de remporter un concours qui comporte deux grands prix, mais vous ne devez en choisir qu’un seul – un voyage tous frais payés comprenant une loge privée lors du prochain Superbowl ou un laissez-passer spécial dans les coulisses à un concert de votre groupe préféré. Que choisissez-vous ?

R: Facile ! La musique a toujours occupé une place importante dans ma vie et il y a des groupes dont je suis assidûment la carrière. Il arrive rarement qu’on vous offre la possibilité de rencontrer les membres de votre groupe préféré en personne. Et bien, croyez-le ou non, mais la chance d’obtenir des laissez-passer dans les coulisses pour rencontrer les membres de mon groupe préféré, Alter Bridge, est sur ma liste des choses à faire avant de mourir !

Merci, Alastair!

LE DÉFI DES TROIS MOTS

LE DÉFI DES TROIS MOTS

PAR: MICHAEL CAMPBELL

Photos ci-dessous : Chris Sekine

Chris Sekine CautionnementJe vous lance un défi. En 10 secondes et en trois mots, vous devez décrire votre secteur d’activité. Le pouvez-vous ? Je suis d’avis que l’un de ces mots changera au fil du temps. Dans le cas contraire, je vous félicite pour votre vivacité d’esprit ou je vous plains, car votre secteur d’activité ne doit pas être très motivant. 

« Je peux penser à 10 000 mots, réplique Chris Sekine, premier vice-président, Cautionnement chez Trisura. Permettez-moi d’y revenir. »

« C’est bien, répondis-je, en brisant les règles de mon propre exercice. Parlons alors du changement. »

« J’ai été attiré par cette industrie parce que je voulais du changement. Je travaillais auparavant dans une banque. »

En fait, il avait vu une annonce dans le journal.

Voyez comment les petites annonces dans les journaux sont en voie de disparition et combien le processus de recherche d’emploi a changé depuis que Chris a accepté son premier poste en cautionnement chez Wellington Guarantee où il travaillait pour Mike George en 1991. Il est raisonnable de croire que c’est le changement qui a cogné à la porte de Chris plutôt que le contraire. Depuis le début de sa carrière dans le domaine du cautionnement, le changement poursuivait son rythme implacable. Pendant les années subséquentes, Chris a occupé divers postes et a vécu des fusions et acquisitions. Passons maintenant à l’année 2006 quand Mike George l’appela pour lui demander de se joindre à Trisura. Le reste appartient à l’histoire, même si cette histoire est remplie de défis.

« Dans cette industrie, le plus grand défi auquel on est confronté, c’est de décevoir un courtier. »

« Malheureusement, cela arrive parfois. On marche toujours sur une corde raide avec d’un côté les bonnes décisions qu’on doit prendre en matière de souscription et de l’autre chercher à faire le bonheur des courtiers. Cela revient à dire que ces décisions ne seront pas toujours appréciées. »

L’expérience a enseigné à Chris que le défi fait partie des lois du métier, mais il constitue également un catalyseur dans l’évolution de l’industrie, et ce, en séparant le bon grain de l’ivraie quand il s’agit de bâtir un modèle d’affaires à succès. Cette constatation m’a amené à conclure que le défi est la seule chose qui n’est pas influencée par le changement.

« Relever un défi n’est pas chose facile, dit-il. Cela exige du doigté en cherchant à faire accepter une décision qui ne sera pas facile à avaler. Les souscripteurs doivent posséder l’expertise technique ainsi que du talent pour les relations d’affaires. Ne cherchez pas à surprendre. Mettez-vous à leur place comme si une personne vous donnait le même message. »

« C’est précisément ce qui distingue Trisura de la plupart des concurrents, répond-t-il quand je lui demande de préciser sa pensée. Nous excellons dans l’art de bâtir nos relations. Nous ne somme pas empêtrés dans la bureaucratie. »

«Ainsi, la question qui se pose, ce n’est pas vraiment ce que nos concurrents font mieux que nous. Il s’agit plutôt d’évaluer nos forces et nos faiblesses. Et nous le faisons souvent. Nous nous auto-évaluons. Nous analysons ce qui menace nos activités et nous sommes honnêtes à ce sujet. Par la suite, nous préparons un plan. »

Un engagement clair en matière de planification à long terme constitue assurément un moyen de se prémunir contre les effets imprévisibles du changement, mais qu’en est-il de quelque chose d’aussi fugace que la technologie ? Qu’en sera-t-il de la planification de l’achalandage quand une technologie majeure sortira de nulle part et bouleversera tout ? Cependant, certains aspects de la technologie sont prévisibles parce qu’ils s’inscrivent dans la mouvance des tendances actuelles. Par exemple, un nombre croissant de propriétaires privilégient la fourniture de biens et de services de manière électronique dans le secteur de la construction. Au sein de l’industrie du cautionnement, ce phénomène se manifeste par la fourniture électronique de cautionnements. Toutefois, Sekine reconnaît que cette pratique n’en est qu’à ses débuts. Trisura a développé sa propre solution pour fournir du cautionnement électronique qui est destinée exclusivement aux courtiers et aux entrepreneurs.

Cependant, il se dit convaincu que la façon dont les courtiers, les entrepreneurs et les sociétés de cautionnement collaborent entre eux changera en raison des avancées technologiques.

Jusqu’à présent, la manière dont les activités commerciales sont effectuées n’a pas vraiment changé. Ce qui a changé, c’est la façon dont les documents et les renseignements sont fournis. Cependant, Chris est convaincu que même cela est destiné à changer.

« Nous avons l’occasion de changer la façon dont ces trois acteurs collaborent, échangent des renseignements et fournissent des services aux clients. »

Que pouvons-nous dire de la nature imprévisible du changement par rapport à l’assurance constante du défi ? Pour Sekine et Trisura, cela revient toujours aux courtiers qui représentent une constante ou une variable sur la laquelle on peut toujours compter et à qui on peut faire confiance.

« Notre raison d’être, ce sont nos courtiers. Ils nous confient leurs affaires, ce qui nous contraint à agir pour ne pas nous couper de notre raison d’être. Le défi se pose quand les intérêts de Trisura sur le plan des risques s’opposent aux besoins des courtiers. Tout comme la relation avec les courtiers représente la raison d’être de Trisura, la raison d’être des courtiers, c’est la relation qu’ils entretiennent avec leurs clients. Ils ne peuvent tout simplement pas la rompre. »

Je crois que le moment est bien choisi pour revenir aux trois mots du défi posé au début de cet article afin de décrire la nature de la relation d’affaires entre les courtiers et les assureurs. Cette fois-ci, Sekine n’hésite pas une seconde avant de fournir une réponse définitive.

« Les relations, encore les relations, toujours les relations »

C’est quand j’entends cela que je constate le besoin de mettre en place des directives plus strictes pour encadrer ce défi s’exprimant en trois mots. Toutefois, la réponse de Sekine me plait.

« Nous accomplissons beaucoup de choses connexes. Cependant, cela serait impossible sans l’apport de ces relations. Celles-ci sont diversifiées : nous avons des relations avec nos courtiers, nos réassureurs, notre personnel, les entrepreneurs et notre équipe de la haute direction – ce sont ces relations qui forgent nos affaires et sans elles, il n’y a plus d’affaires. »

Au début de cet article, j’ai soutenu que le défi est la seule chose qui n’est pas influencée par le changement dans l’industrie de l’assurance. Ma conversation avec Chris Sekine m’a fait comprendre que ce n’est pas nécessairement le cas. La possibilité de nouer des relations d’affaires précieuses s’inscrit au cœur du processus d’affaires. C’est une manière de vivre qui sera toujours des plus efficaces. Le défi ne consiste alors sans doute pas à penser tout de go à trois mots pour décrire un secteur d’activité, mais plutôt à désigner avec confiance trois partenaires d’affaires qui se soutiendront mutuellement contre vents et marées, pour le meilleur ou le pire, et ce, au gré des défis et des changements. Vous disposez maintenant de 10 secondes. Allez !

 

UNE ASSURANCE DES BIENS DES ENTREPRISES – FORMULE GÉNÉRALE AMÉLIORÉE

UNE ASSURANCE DES BIENS DES ENTREPRISES – FORMULE GÉNÉRALE AMÉLIORÉE

Une assurance des biens des entreprises

Ayant récemment mis à jour sa police d’assurance responsabilité civile générale des entreprises, Trisura complète le tableau en l’accompagnant d’une assurance des biens des entreprises – formule générale améliorée. Cette police d’assurance des biens des entreprises sera offerte sur les contrats en vigueur è compter du 1er octobre 2017.

Les courtiers qui sont déjà familiers avec l’approche spécialisée de Trisura apprécieront les avantages d’une police multirisque des entreprises flexible, pouvant répondre aux besoins en assurance des biens et de la responsabilité civile de la plupart de nos assurés qui souscrivent un des produits d’assurance responsabilité professionnelle ou responsabilité des administrateurs & dirigeants. Voilà une excellente façon d’offrir une solution complète en matière de protection.

FAITS SAILLANTS :

  • Trisura offre l’élargissement complet des garanties de biens pour un premier renouvellement. Les réclamations visant les biens pourront être réglées en fonction des modalités et conditions les plus étendues offertes soit par le formulaire expirant, soit par le nouveau formulaire.
  • Capacité interne d’assurer les bâtiments, l’inondation, le tremblement de terre et le bris des équipements.
  • Limite de garantie globale et couverture globale des emplacements.
  • Extensions de garantie visant certaines catégories de biens en risques divers.
  • Cinq nouveaux forfaits d’extensions de garantie visant les biens.
    • Limite forfaitaire comprenant 14 extensions de garantie.
    • Limites individuelles pour 19 extensions de garantie.

CONTACTEZ-NOUS !

Pour en savoir plus au sujet des produits améliorés de Trisura, veuillez communiquer avec un membre de l’équipe Biens et responsabilité civile, ou de l’équipe Solutions d’assurances spécialisées dès aujourd’hui.