Select Page
Bien faire les choses

Bien faire les choses

Plusieurs parmi vous ont entendu la nouvelle suivante. Après une carrière aussi fructueuse que marquante qui comprend près de 13 années consacrées à la croissance de Trisura, notre ami John Garner nous quittera pour prendre une retraite bien méritée le 30 juin prochain.

Comme je connais très bien John, je suis prêt à parier que cela ne marquera pas la fin en ce qui le concerne, mais plutôt un nouveau départ. Je n’ai aucune idée de ses projets futurs, mais je suis presque convaincu qu’il n’en a aucune idée lui-même pour le moment. Je vous en dirai plus long à ce sujet un peu plus tard.

La retraite de John m’a fait penser à beaucoup de choses. Qu’est-ce qui fait le succès en affaire ? Comment peut-on mesurer la réussite d’une carrière ? Qu’est-ce qui compte vraiment quand une personne est disposée à considérer son parcours comme étant une carrière ? Rassurez-vous : je n’ai nullement l’intention de jouer au philosophe et de vous entretenir de la réussite dans la vie, mais si j’avais cette intention John représenterait un exemple éloquent. Je vais plutôt parler de John et de son approche par rapport au travail en montrant en quoi cette approche constitue un exemple inspirant pour toutes les personnes qui sont en cheminement de carrière, et comment on peut obtenir du succès en affaire. Un petit mot destiné aux représentants des générations X, Y, Z et Alpha : prenez note de ce qui suit.

  • Soyez un expert. Ce mot définit parfaitement la personnalité de John. Il est en effet un expert incontesté dans les domaines de la finance et de la comptabilité auprès des compagnies d’assurance (et des courtiers aussi). Il est également un expert relativement aux enjeux réglementaires et propres à l’industrie dans le monde de l’assurance. La quête inlassable de John pour l’amélioration continue et la recherche de connaissances signifie que si John ne connaît pas la réponse à une question, vous pouvez compter sur lui pour l’obtenir rapidement.
  • Soyez passionné par votre travail. La passion de John pour l’industrie est l’affaire d’une vie. Si vous lui demandiez, je mettrais ma main au feu qu’il vous répondrait qu’il n’a jamais vraiment travaillé une journée dans sa vie ! De même, je vous parie qu’il vous dirait que si vous n’avez pas encore trouvé ce qui vous allume, continuez à chercher.
  • Soyez travaillant et consacrez l’effort nécessaire. Bien sûr, c’est plus facile à faire quand vous êtes passionné par votre travail ! Si vous consultez le mot « workhorse » (bourreau de travail, en français) dans le dictionnaire Webster’s, vous y verrez la photo de John. Blague à part, dans son approche par rapport au travail, John n’est absolument pas tuable et il a toujours accompli bien plus que ce qui pouvait être exigé. Il a toujours placé la barre très haut.

Alors, voilà; vous avez le portrait. Soyez un expert, trouvez un travail qui vous passionne et consacrez-y l’effort nécessaire en travaillant fort. C’est tout simple. Conjuguez ces trois qualités et vous serez sur la voie du succès. Cependant, je crois qu’il reste une autre qualité et si vous la mettez en pratique en plus des trois autres, votre carrière sera une réussite.

Cette dernière qualité, je la retrouve dans un propos de Maya Angelou quand je pense à John : « Les gens oublieront ce que vous avez fait et ils oublieront ce que vous avez dit, mais ils n’oublieront jamais comment ils se sont sentis en votre compagnie. »

John est un vrai gentleman. Son âme est bonne et généreuse. Il n’existe aucune méchanceté en lui. C’est un être humain exemplaire. En vérité, je ne connais personne qui ne l’aime pas.

Et il nous a toujours fait sentir très bien.

Félicitations John et bravo pour ta réussite. Merci de nous avoir montré comment bien faire les choses. Merci pour tout. Et nous te souhaitons la meilleure des chances dans ce prochain chapitre marqué du sceau de la réussite, quel que soit ce nouveau chapitre.

 

 

Galerie de photos de la soirée privée de Trisura

Galerie de photos de la soirée privée de Trisura

Le 30 mai dernier, Trisura a souligné l’arrivée de la saison estivale en compagnie de nos partenaires d’affaires sur la belle terrasse de la résidence Addisons. Visionnez les images de cette soirée dans notre galerie de photos.

Ce n’est qu’un au revoir

Ce n’est qu’un au revoir

Nous tenions à partager avec vous une nouvelle importante de la part de vos amis chez Trisura.

Au terme d’une carrière exceptionnelle et exemplaire qui s’étend sur quatre décennies, John Garner, directeur des finances de Trisura Garantie, prendra sa retraite le 30 juin prochain.

En tant que co-fondateur de Trisura en 2005, John a joué un rôle primordial à nos tout débuts, alors que Trisura était une jeune compagnie d’assurance qui prenait son envol. Sa contribution à notre succès nous a permis de nous classer parmi les compagnies d’assurance canadiennes connaissant la plus forte croissance et la meilleure rentabilité. Sa passion pour l’industrie de l’assurance, son immuable éthique du travail, son sens aiguisé des affaires, les relations qu’il entretenait avec nos courtiers et sa profonde compréhension de leurs besoins, son merveilleux sens de l’humour et son intégrité sans faille ont tous contribué à bâtir la culture unique de Trisura. Plusieurs d’entre vous ont eu la chance de faire la connaissance de John au fil des ans et conviendront, j’en suis sûr, qu’il est l’exemple du parfait gentleman.

La carrière de John est remarquable. Il a fréquenté l’Université McGill comme étudiant de premier cycle, après quoi il a obtenu une maîtrise en relations industrielles de la London School of Economics and Political Science, puis le titre professionnel de C.A. en 1978. John a débuté sa carrière chez Clarkson Gordon en tant que consultant auprès de cabinets de courtage en assurance à travers le Canada. Par la suite, il a occupé un rôle de consultant principal chez Trivest dans les années 1980 et 1990, où il dirigeait une équipe de conseils et investissement visant les cabinets de courtage en assurance. Après son passage chez Trivest, John est devenu directeur des finances de Wellington Guarantee, puis de London Guarantee jusqu’à sa vente, en 2002. À ce moment, John est revenu à ses racines de consultant auprès de cabinets de courtage en assurance chez Cookson Walker jusqu’en 2005, soit l’année durant laquelle il a contribué à la fondation de Trisura Garantie en assumant les fonctions de directeur des finances.

Ses conseils et ses qualités de mentor nous manquerons à tous chez Trisura. Heureusement, nous sommes entre bonnes mains puisque Davis Scotland vient d’être promu au poste de directeur des finances de Trisura Garantie. Au cours des huit dernières années, David a accompli un travail formidable en tant que vice-président, finance et contrôleur. Il a été bien épaulé par John en vue de cette transition. Bien que David ait hérité de lourdes responsabilités, il a les aptitudes et les connaissances requises pour s’en acquitter, sans compter qu’il bénéficie de l’appui d’une équipe extraordinaire. Nous sommes persuadés qu’il connaîtra beaucoup de succès dans son nouveau rôle.

Nous souhaitons à John une retraite pleine de santé et de bonheur, et offrons nos félicitations à John et à David.

Mike George

Journée des légendes de Trisura en résumé

Journée des légendes de Trisura en résumé 

Le 3 mai 2018, Trisura, Hockey Canada et la Schulich School of Business ont présenté la (en anglais seulement). Il s’agissait de la toute première session d’éducation et de formation offerte par Trisura aux courtiers sur le site du Temple de la renommée du hockey. Les participants provenaient de toutes les régions du Canada et ils étaient présents pour apporter leur contribution aux côtés des courtiers les plus prometteurs dans l’industrie de l’assurance au Canada.

L’expertise des conférenciers invités a été une source d’inspiration, d’éducation et de motivation. Ces conférenciers ont raconté des récits poignants de survie et proposé des exercices reliés à des idées novatrices. Parmi les thèmes abordés lors de cette journée, on peut mentionner les bouleversements au sein de l’industrie. 

Jeff MacInnis:

Le Programme WIN thinking (en anglais seulement), mis en place par Jeff, est un programme très apprécié et axé sur les résultats. Jeff suscite l’engagement et la motivation de son public. Il rappelle également l’importance de la fixation d’objectifs et il stimule les groupes de participants au moyen d’exercices en équipe. Le Programme WIN Thinking permet aux participants de découvrir les différents modèles de leadership et il fournit des techniques afin qu’ils puissent améliorer cet aspect de leur travail. Jeff a été le chef d’expédition de la première équipe qui a franchi le passage du Nord-Ouest. Le réputé magazine National Geographic a relaté les aventures de Jeff qui ont été relatées aux heures de grande écoute à la télévision ainsi que dans des magazines partout dans le monde. Jusqu’à présent, il a donné plus de 400 conférences dans le monde à des entreprises du Fortune 500.

Jim Harris:

Jim est l’un des penseurs les plus éminents en Amérique du Nord (en anglais seulement) au sujet des technologies de rupture et il prononce chaque année plus de 50 conférences partout dans le monde. Le magazine Association le classe parmi les 10 conférenciers les plus influents en Amérique du Nord. Ses clients comprennent la Banque Barclays, Canon, Deloitte, IBM, Munich Re et Zurich Insurance. Le dernier livre de Jim, Blindsided!, a été publié dans 80 pays. C’est un best-seller international.

Cassie Campbell-Pascall:

Cassie est l’ancienne capitaine de l’équipe féminine canadienne de hockey sur glace et une figure marquante du sport au Canada. Elle s’inspire de ses réalisations comme athlète et animatrice pour explorer les thèmes du leadership, du travail d’équipe, de la motivation et de la détermination. Cassie est une conférencière animée, passionnée et stimulante. Elle est très bien placée pour connaître le rôle essentiel joué par le travail d’équipe, la détermination et un leadership hors pair à des moments critiques. Cassie a été la seule capitaine (ce qui inclut les hommes et les femmes) dans l’histoire sportive du pays à avoir mené l’équipe canadienne à deux médailles d’or olympiques. De plus, elle est la capitaine qui a occupé le plus longuement ce poste dans l’histoire du hockey amateur canadien.

 

 

La nouvelle Loi sur la construction de l’Ontario : Ce que vous devez savoir

La nouvelle Loi sur la construction de l’Ontario : Ce que vous devez savoir

Le 1er juillet 2018, la nouvelle Loi sur la construction de l’Ontario (Projet de loi 142, la « Loi sur la construction ») entrera en vigueur. La Loi sur la construction introduit les changements les plus vastes dans l’industrie de la construction en Ontario depuis 1983.

Ontario Construction Act

Parmi les faits saillants de ces changements, on peut mentionner les cautionnements obligatoires d’exécution et les cautionnements obligatoires garantissant le paiement de la main-d’œuvre et des matériaux (PMDM) pour tous les projets du secteur public qui recourent à des formulaires de cautionnement standardisés qui comprennent des formules étendues en matière de cautionnement garantissant le PMDM. Les autres modifications comprennent les délais pour enregistrer un privilège, comment un contrat est exécuté pour l’essentiel et l’administration des fonds en fiducie pour l’industrie de la construction. Au nombre des changements qui seront mis en œuvre à une date ultérieure, on peut retenir les dispositions relatives aux paiements rapides et un processus pour accélérer le règlement des différends.

La Loi sur la construction s’appliquera bientôt et elle contraindra toutes les parties intéressées dans l’industrie de la construction en Ontario à mener certains aspects de leurs activités de manière différente. Plusieurs séminaires et communications sur les diverses dispositions de la Loi sur la construction sont déjà prévus. Nous encourageons chacun d’entre vous à y participer, à bien comprendre ces changements et à être prêts à y faire face. Trisura souhaite profiter de cette occasion pour souligner certains des aspects les plus importants en matière de cautionnement qui sont introduits par la Loi sur la construction.

Les changements prévus dans la Loi sur la construction seront échelonnés. Quels sont les délais à retenir ?

  • 1er juillet 2018 : La nouvelle Loi sur la construction introduira des changements significatifs, notamment le cautionnement obligatoire pour tous les projets du secteur public.
  • Cependant, les projets comporteront une disposition relative aux droits acquis. Si le processus d’approvisionnement (demande de qualifications, demande de propositions, appel d’offres) a débuté avant le 1er juillet 2018, les dispositions actuelles relatives à la Loi sur le privilège dans l’industrie de la construction continueront de s’appliquer pour toute la durée du contrat visé. En revanche, si le processus d’approvisionnement débute après le 1er juillet 2018, les nouvelles dispositions de la Loi sur la construction régiront alors l’entièreté du contrat. Cela signifie qu’un entrepreneur pourrait avoir plusieurs projets en cours qui pourraient être assujettis à des paramètres statutaires distincts auxquels il serait tenu de se conformer.
  • Octobre 2019 : Entrée en vigueur des dispositions relatives aux paiements rapides et au processus pour accélérer le règlement des différends.

Est-ce que des cautionnements seront requis pour tous les projets du secteur public ? Comment puis-je obtenir ces formulaires ?

  • Oui – les entrepreneurs qui concluront un contrat avec tout organisme public relativement à des projets comportant un prix de contrat excédant 500 000 $ seront tenus de déposer un cautionnement d’exécution représentant au moins 50 % du prix contractuel et un cautionnement de paiement de la main-d’œuvre et des matériaux représentant au moins 50 % du prix contractuel.
  • La Loi sur la construction s’applique à tout projet comportant une amélioration d’un bien-fonds, telle que définie dans la Loi sur la construction.
  • Historiquement, des organismes publics, tels que le ministère des Transports de l’Ontario (MTO) n’exigeaient pas de cautionnements. Cependant, en vertu de la Loi sur la construction, tous les entrepreneurs qui concluent des contrats avec le MTO pour un montant supérieur à 500 000 $ seront tenus de déposer un cautionnement d’exécution représentant au moins 50 % du prix contractuel et un cautionnement pour le paiement de la main-d’œuvre et des matériaux représentant au moins 50 % du prix contractuel.

Que dois-je savoir au sujet de ces nouveaux formulaires statutaires de cautionnement

  • La Loi uniformise maintenant les formulaires de cautionnement d’exécution et de cautionnement de PMDM qui doivent être utilisés pour tous les projets du secteur public en Ontario. Même si les formulaires de cautionnement sont beaucoup plus longs que les formulaires actuels, ils sont conçus pour offrir plus de clarté et des formulaires harmonisés relativement au processus de réclamation pour recours au cautionnement.
  • Des copies de ces formulaires de cautionnement sont affichées dans notre site Web ou vous pouvez obtenir une copie en cliquant ici.

Délais de réponse obligatoires concernant le cautionnement en vertu des nouveaux formulaires :

  • Confirmation des réclamations pour cautionnement d’exécution – La société de cautionnement disposera de quatre jours ouvrables pour confirmer une réclamation pour cautionnement d’exécution et exiger les documents requis dans la forme prescrite.
  • Réponse de la société de cautionnement à la suite d’une réclamation pour cautionnement d’exécution – La société doit faire connaître sa réponse à ce sujet dans un délai très serré, soit 20 jours ouvrables à compter de la date de la réclamation. Afin qu’une société de cautionnement puisse faire enquête et fournir une réponse écrite à l’intérieur de ce délai, elle devra rapidement obtenir la réponse écrite de l’entrepreneur et les documents qui soutiennent sa position.
  • Confirmation des réclamations pour un cautionnement de PMDM – La société de cautionnement disposera de trois jours ouvrables pour confirmer une réclamation pour un cautionnement de PMDM et exiger les documents requis dans la forme prescrite.
  • Réponse de la société de cautionnement à la suite d’une réclamation pour un cautionnement de PMDM – La société de cautionnement doit fournir sa réponse écrite à une réclamation pour un cautionnement de PMDM dans un délai maximum de 10 jours ouvrables après avoir reçu les renseignements requis de la part du réclamant (15 jours dans le cas des réclamants de deuxième rang) ou de 25 jours ouvrables suivant l’avis initial de réclamation (35 jours pour les réclamants de deuxième rang). La société de cautionnement et le réclamant peuvent convenir d’une période de temps plus longue.
  • Paiement – En vertu d’un cautionnement de PMDM, la société de cautionnement disposera d’un délai de 10 jours après avoir fourni sa position écrite pour payer tout montant non contesté.

Garantie étendue pour les sous-traitants et fournisseurs de deuxième rang :

  • Le nouveau cautionnement de PMDM comprend une garantie pour les sous-traitants de deuxième rang (i.e. le sous-traitant ou le fournisseur du sous-traitant de l’entrepreneur principal) qui est comparable aux cautionnements de PMDM exigés par le gouvernement fédéral.
  • Ce changement se traduira par une responsabilité supplémentaire pour la société de cautionnement, car l’entrepreneur principal aura désormais une responsabilité limitée pour tout non-paiement de ses sous-traitants à leurs propres sous-traitants et fournisseurs. L’entrepreneur principal pourrait adopter une excellente stratégie afin de réduire ses risques. Cette stratégie serait d’exiger des cautionnements d’exécution et des cautionnements de PMDM de ses sous-traitants qui seraient comparables à ceux que l’entrepreneur général aura fourni au maître d’œuvre.

Réunion préalable et conférence postérieure

  • Le cautionnement d’exécution prévoit maintenant que si le maître d’œuvre demande une réunion ou une conférence assujettie aux modalités du cautionnement, la société de cautionnement est tenue d’organiser cette rencontre avec le maître d’œuvre dans un délai de sept jours ouvrables pour une réunion préalable et de cinq jours ouvrables pour une conférence postérieure.

Il est essentiel que les courtiers et les entrepreneurs soient informés de tous ces nouveaux échéanciers et qu’ils aient mis en place des processus et des protocoles pour se conformer à ces exigences. Pour les courtiers, il est très important que toute correspondance reçue d’une société de cautionnement concernant une réclamation soit immédiatement transmise à l’entrepreneur. Pour les entrepreneurs, le fait de disposer d’une documentation solide relativement à la gestion des projets sera encore plus cruciale afin de répondre aux exigences de toute réclamation éventuelle en matière de cautionnement et à toute demande d’arbitrage. Les entrepreneurs doivent tenir un compte en fiducie ou plus d’un et être en mesure de les gérer par projet. Nous recommandons fortement à tous les entrepreneurs de communiquer avec leurs avocats de droit de la construction pour qu’ils puissent être informés et conseillés adéquatement.

Une question revient souvent : « Que se passe-t-il si ces délais ne sont pas respectés ? » Pour le moment, on ignore la réponse à cette question. Il appartiendra aux tribunaux de trancher et d’établir de nouveaux précédents. Cependant, il serait certainement souhaitable que toutes les parties impliquées ne se retrouvent pas dans cette position malencontreuse où ils auraient à faire face à l’inconnu.

 Quels sont les délais prévus pour les privilèges en vertu de la Loi sur la construction ?

  • Il existe une nouvelle formule afin qu’un contrat soit exécuté pour l’essentiel qui permettra une exécution pour l’essentiel à un stade précoce du cycle de vie d’un projet.
  • En ce qui a trait aux projets régis par la Loi sur la construction, les entrepreneurs disposeront maintenant d’un délai de 60 jours après la publication de l’exécution pour l’essentiel afin de maintenir un privilège. Quant à la période allouée pour rendre opposable un privilège en intentant une action, elle passera de 45 à 90 jours à compter du dernier jour où le privilège aurait pu être retenu.
  • Les actions sur un privilège représentant moins de 25 000 $ relèveront maintenant de la Cour des petites créances.
  • Ces délais s’appliquent à tous les contrats de marchés publics ou privés et pour tous les intervenants de l’industrie de la construction.

 Retenues :

  • En vertu de la Loi sur la construction, les retenues n’ont pas à être en espèces. Si toutes les parties y consentent, ces retenues peuvent se présenter sous la forme d’un cautionnement de remboursement.
  • Pour les projets excédant 10 millions de dollars et d’une durée de plus d’un an, les parties sont autorisées à procéder aux retenues une fois par année.
  • Si aucune action sur un privilège ne s’applique, les retenues devront maintenant être versées dans les 60 jours suivant la publication de l’exécution pour l’essentiel, à moins qu’un avis de non-paiement des retenues ne soit publié.

 Paiement rapide et arbitrage :

Ces dispositions entreront en vigueur le 1er octobre 2019. Pour le moment, nous ne pouvons fournir que les faits saillants de ces changements. D’autres renseignements vous seront communiqués ultérieurement.

  • Le paiement rapide et l’arbitrage s’appliquent à tous les projets de marchés publics ou privés et pour tous les intervenants de l’industrie de la construction. Les modalités de paiement autres que celles prévues par la Loi ne seront plus applicables.
  • Quand une facture appropriée est transmise, le maître d’œuvre est tenu de payer l’entrepreneur principal dans un délai de 28 jours, à moins qu’il ne fournisse à l’entrepreneur principal un avis écrit de non-paiement dans les 14 jours suivant la réception de la facture. Cet avis devra comprendre les raisons pour lesquelles la totalité de la facture ou une portion de celle-ci n’est pas payée.
  • Aussitôt que l’entrepreneur principal est payé, il doit à son tour payer tous ses sous-traitants et fournisseurs dans un délai de sept jours. Cette période de paiement s’applique à tous les sous-traitants et fournisseurs de rang inférieur dans l’industrie de la construction.

Il nous fera plaisir de discuter plus amplement de ces changements avec vous. N’hésitez pas à communiquer avec l’un de nos souscripteurs pour obtenir du soutien.

 Nous sommes prêts et nous souhaitons vous aider afin que vous-même et vos clients le soient aussi !