Select Page
La plus grande expédition de ma vie

La plus grande expédition de ma vie

« Vous n’aurez jamais un contrôle total sur ce qui surviendra dans votre vie. Cependant, vous aurez toujours pleinement le contrôle sur la façon dont vous répondrez aux événements qui surviendront dans votre vie. »

– Alexander Michael Gittens

Il y aura 14 ans ce mois-ci, Trisura était créée. Au début, ce n’était qu’une idée. Celle de créer un nouvel assureur spécialisé dans une gamme de produits à partir de rien et puis cette idée a rapidement pris forme. Bob Taylor, John Garner et moi-même avons élaboré un plan d’affaires, trouvé du financement et obtenu du soutien de réassureurs. Par la suite, nous avons présenté notre concept au Bureau du surintendant des institutions financières puis nous avons obtenu une licence. Deux des éléments qui restaient à mettre en place étaient parmi les plus importants : constituer une équipe de premier plan composée d’experts de l’industrie et convaincre les meilleurs courtiers d’assurance dans l’industrie de nous appuyer. À notre heureuse surprise, nous avons excédé nos objectifs les plus ambitieux pour ces deux éléments. Par conséquent, nous nous sommes lancés en affaire à une vitesse folle et nous n’avons jamais regardé en arrière.

Mike George farewellLe « Tri » dans le nom de Trisura en est venu à représenter la relation d’affaires et le partenariat que nous entretenons avec nos courtiers, leurs clients et nous-mêmes. Ces quelques lettres renforcent l’idée que nous sommes une entreprise relationnelle. Quand au « sura », il représente tout simplement les lettres centrales du mot assurance (en anglais). Nous sommes donc devenus le cœur de l’assurance, Notre nom nous a bien servi.

Notre vision d’entreprise s’exprime par notre signature (Un échelon plus haut) et notre noble objectif qui est également notre raison d’être: proposer des expériences exceptionnelles à toutes nos parties prenantes.

Le soutien que nous avons reçu de nos courtiers dès le premier jour est très franchement remarquable. De fait, nos courtiers sont largement responsables de notre réussite. À mon humble avis, l’équipe de 130 professionnels que nous avons mise en place est la meilleure dans l’industrie et est sans égale. Grâce à cette recette gagnante, Trisura a connu du succès. Notre entreprise a constamment été considérée comme l’un des assureurs canadiens qui connaissait une croissance parmi les plus rapides et qui affichait une solide rentabilité. Trisura a également été reconnue comme un employeur de choix avec un engagement envers ses employés de classe mondiale. Plus encore, Trisura a connu sa meilleure année d’exploitation en 2018.

Comme vous le savez, notre société mère a été inscrite en bourse il y a près de deux ans. Trisura exerce maintenant ses activités aux États-Unis et possède des opérations internationales. Notre petite idée s’est donc transformée en une société importante et appréciable. L’entreprise est bien gérée et promise à un bel avenir.

Tout ce dont j’avais rêvé pour Trisura alors que j’étais à la tête de l’entreprise s’est réalisée au centuple. C’est pourquoi, après avoir longuement réfléchi, j’ai décidé que le moment était propice pour quitter mon poste de chef de la direction de Trisura. Je suis ravi que mon collègue et ami de longue date, Chris Sekine, a été désigné pour me remplacer. Chris fera un travail fantastique en prenant ma relève et je suis convaincu qu’il permettra à Trisura d’aller un échelon encore Mike George farewellplus haut.

Vous vous demandez sans doute ce que je ferai désormais. Tout d’abord, je compte prendre du temps pour moi et passer l’été à mon chalet. J’entrevois beaucoup de pêche et du repos. Après cela, je prendrai des décisions sur le plan professionnel.

Je m’estime très privilégié. Durant cette vie professionnelle animée et particulièrement au cours des 14 dernières années, j’ai vécu la plus grande expédition de ma vie. J’en ai savouré chaque minute et je suis vraiment fier de l’équipe que nous avons réunie. Je serai toujours reconnaissant pour l’engagement indéfectible de mes collègues et le soutien sans faille de nos partenaires courtiers. De plus, j’ai été sincèrement touché par tous ces témoignages bien sentis et tous ces remerciements de beaucoup parmi vous, mes amis, durant les derniers jours. Du fond de mon cœur, je vous dis merci.

Il me fera grand plaisir de vous revoir tous quand nos routes se croiseront à nouveau. Pour le moment, je vous adresse un amical salut.

Mike George farewell

 

Que survient-il quand un projet de construction est retardé par le maître d’ouvrage?

Que survient-il quand un projet de construction est retardé par le maître d’ouvrage?

Par Samin Bidhendi

 

La notion de délai relative aux projets de construction a fait l’objet de plusieurs débats et de discussions. Quand un maître d’ouvrage est-il censé avoir retardé un projet et que survient-il par la suite?

Avant qu’un entrepreneur ne puisse affirmer qu’un maître d’ouvrage a retardé un projet, plusieurs facteurs méritent d’être considérés. Le résultat de cette analyse doit non seulement tenir compte du moment où ce délai est intervenu, mais également du moment où l’entrepreneur a pris conscience (ou aurait dû prendre conscience) du délai et a mis en œuvre des mesures correctives.

Ce qui est survenu, ce qui doit survenir et ce qui surviendra sont subordonnés à plusieurs variables. Cependant, ce qui est fondamental, c’est le fait que l’entrepreneur ne peut pas se retirer du projet simplement parce que le maître d’ouvrage lui a imposé des délais. L’entrepreneur doit plutôt prendre des mesures appropriées et raisonnables qui sont stipulées dans le contrat et qui sont conformes aux lois applicables régissant le projet.

L’atténuation des coûts d’impact associés à ces délais repose sur le moment choisi, l’objet et les dispositions du contrat signé entre l’entrepreneur et le maître d’ouvrage.Les droits et les recours de l’entrepreneur visant à récupérer ses coûts d’impact peuvent varier de manière significative selon l’échéancier du projet. Les modalités du contrat avec le maître d’ouvrage régissent également les droits de l’entrepreneur et sa capacité à récupérer ses coûts d’impact potentiels. De plus, on doit garder à l’esprit que l’entrepreneur a une obligation d’atténuer ces coûts d’impact.

 

Que survient-il quand un maître d’ouvrage retarde un projet après la clôture des soumissions?

What happens if an owner delays a project just after tender closing?Quand un maître d’ouvrage retarde un projet juste après la clôture des soumissions ou reporte l’attribution du contrat et retarde le début des travaux, l’entrepreneur est lié aux dispositions énoncées dans le Formulaire de soumission ou dans tout document de soumission fourni à tous les soumissionnaires. Les documents de soumission comportent habituellement une période d’acceptation durant laquelle la maître d’ouvrage peut revoir et choisir les soumissions puis accorder le contrat en fonction des modalités inscrites au processus de soumission. Le plus souvent, le contrat sera accordé au plus bas soumissionnaire. Même si la plupart des documents de soumission présentent une certaine unilatéralité et n’énoncent que les droits et recours du maître d’ouvrage en cas de défaut d’un soumissionnaire, l’entrepreneur peut s’en remettre aux échéanciers prévus et à la période de validité énoncée au contrat pour faire invalider le contrat de soumission. Les entrepreneurs doivent tenir compte de tout chevauchement entre la période proposée pour la durée des travaux et la période d’acceptation de la soumission qui sont stipulées dans les documents contractuels.

 

Que survient-il quand un maître d’ouvrage retarde un projet après l’adjudication du contrat?

Quand un maître d’ouvrage retarde un projet après l’émission de l’Avis d’adjudication du contrat / l’Avis de procéder et après la signature des documents contractuels, l’entrepreneur se trouve à avoir conclu une nouvelle entente / un nouveau contrat avec le maître d’ouvrage. Les modalités que chaque partie est tenue de respecter reposent donc sur les dispositions prévues dans les documents contractuels et non dans les documents de soumission. Suivant l’adjudication du contrat et l’exécution de celui-ci, l’acceptabilité ou la validité de la soumission n’est plus pertinente ou déterminante. Quand un contrat est signé et qu’une date de début des travaux est convenue – que cette date soit prévue dans un Avis de procéder ou par l’acceptation de l’échéancier des travaux de construction (ou peut-être par l’échéancier soumis) – les deux parties doivent alors entreprendre et compléter le projet selon l’échéancier prévu ou autrement convenu, ce qui comprend les étapes applicables du projet.

Quand un maître d’ouvrage cause des retards relatifs au début des travaux, l’entrepreneur doit d’abord déterminer la cause deWhat happens when an owner delays a project after award? ces retards. Si la cause principale de ces délais est attribuable au fait que le maître d’ouvrage exige des changements dans l’étendue des travaux, l’entrepreneur est tenu de se conformer aux dispositions du contrat en cette matière et de respecter toute exigence relative aux changements pour avoir droit à un dédommagement et pour faire modifier le orix prévu au contrat en ce qui a trait aux coûts associés à ces changements. Le fait de respecter cette procédure permet également à l’entrepreneur de faire valoir ses droits de voir toute modification nécessaire être apportée à l’échéancier initial prévu au contrat, et ce, afin que le temps supplémentaire requis dans les travaux à réaliser en raison de ces changements soit réflété dans le contrat. Cette question de temps supplémentaire peut aussi se poser en raison des restrictions saisonnières aux travaux prévues dans le nouveau contrat ou le contrat initial des travaux.

Quand la raison d’un délai imposé par le maître d’ouvrage n’est pas connue ou n’est pas associée à des changements dans l’étendue des travaux, l’entrepreneur doit alors se conformer aux dispositions du contrat relatives aux délais dans les travaux. L’entrepreneur est tenu de respecter les dispositions énoncées dans le contrat pour s’assurer que ses droits soient respectés en ce qui a trait au prolongement du délai et à une indemnité supplémentaire. Ces avis doivent être soumis par écrit et être clairement identifiés comme étant des avis. Si ces avis font partie d’un autre forme de correspondance, ils pourraient être considérés comme étant non admissibles, ce qui pourrait porter atteinte à la capacité de l’entrepreneur de réclamer des droits qu’il pourrait autrement avoir en vertu du contrat. Il appartient également à l’entrepreneur de s’assurer qu’un avis distinct soit soumis pour chaque cas individuel.

Quelle que soit la nature d’un délai imposé à l’entrepreneur, si un différend survenait entre le maître d’ouvrage et l’entrepreneur, l’entrepreneur devrait alors se référer au mécanisme de règlement des différends prévu au contrat. Le processus de règlement des différends énonce les démarches devant être entreprises par les deux parties ainsi que la nature des recours et des obligations de l’entreoreneur en vertu du contrat. Il est important de noter que l’entrepreneur doit poursuivre les travaux durant le processus de règlement des différends, à moins qu’il ne reçoive des instructions contraires. Certains contrats peuvent prévoir que le processus de règlement des différends ne débutera que lorsque les travaux visés ou le projet dans son ensemble seront complétés.

Il est évident que le moment où le délai intervient joue un rôle significatif dans la durée de celui-ci et dans le montant des dommages-intérêts conséquents. Cependant, que que soit le moment où le délai intervient, l’entrepreneur contreviendrait au contrat s’il cessait les travaux et quittait le chantier. L’entrepreneur est tenu de se conformer aux procédures établies et aux dispositions relatives aux changements, délais et différends qui sont prévues au contrat. Si l’entrepreneur est réputé avoir manqué à ses obligations contractuelles, le maître d’ouvrage est en droit d’intenter des recours judiciaires pour les dommages subis. Il peut également faire une réclamation en vertu du cautionnement d’exécution de l’entrepreneur (ou pour toute autre sécurité d’exécution que l’entrepreneur peut détenir) ou procéder à une retenue de sommes dues à l’entrepreneur en vertu du contrat.

L’entrepreneur doit toujours lire son contrat et protéger ses intérêts au moyen d’avis écrits promptement envoyés au maître d’ouvrage, l’avisant de tous les changements auxquels l’entrepreneur est confronté en cours de projet et qui sont différents de ceux prévus dans la soumission.

 

Foire aux questions:

Frequently asked questions1. Est-ce qu’un entrepreneur peut se retirer d’un projet si le maître d’ouvrage retarde l’adjudication du contrat?

La plupart des formulaires de soumission prévoient une période de validité. Si un maître d’ouvrage dépasse l’échéancier prévu relativement à l’adjudication d’un contrat sans avoir entrepris des négociations avec le soumissionnaire et la caution d’adjudication, l’entrepreneur est en droit de présumer que sa soumission a été rejetée ou d’entreprendre des négociations avec le maître d’ouvrage, le cas échéant. Cependant, tant et aussi longtemps que la période de validité s’applique, les entrepreneurs sont tenus de respecter les modalités de leur soumission et tout refus de leur part de signer le contrat ou de réaliser les travaux pourrait donner le droit au maître d’ouvrage de chercher à obtenir des dommages-intérêts et de faire une réclamation sur la garantie de soumission fournie par l’entrepreneur.

 

2. Est-ce qu’un entrepreneur peut se retirer d’un projet si le maître d’ouvrage retarde le début des travaux?

Non. Quand un entrepreneur a présenté sa soumission, il se trouve à avoir conclu un contrat avec le maître d’ouvrage et ce contrat engage sa responsabilité. Ce contrat est suivi d’une autre entente contractuelle quand le processus d’adjudication est terminé. Il s’agit là d’un second contrat conclu entre le maître d’ouvrage et l’entrepreneur. Quand l’un de ces deux contrats est conclu, l’entrepreneur et le maître d’ouvrage ne peuvent pas s’en désister, à moins d’intenter des recours judiciaires.

 

3. Est-ce qu’un entrepreneur peut quitter le chantier si le maître d’ouvrage retarde les travaux en raison de changements importants?

Frequently asked questionsNon. La plupart des contrats comprennent des dispositions sur la façon de traiter les changements en cours de travaux. Ces contrats prévoient également les mesures et les recours possibles pour l’entrepreneur. Pour préserver et assurer ses droits, l’entrepreneur est tenu de se conformer strictement aux dispositions contractuelles prévues et de fournir par écrit les avis requis et toute autre documentation qui lui permettront de préserver ses droits. Même si certains changements pourraient être significatifs dans l’étendue des travaux, les entrepreneurs doivent respecter les modalités de leur contrat avec le maître d’ouvrage et se conformer aux procédures énoncées afin de conclure efficacement les dispositions du contrat. Si l’entrepreneur contrevient aux exigences du contrat concernant les changements ou les délais dans les travaux, cette situation pourrait entraîner un manquement de la part de l’entrepreneur, ce qui pourrait alors se traduire par une action en justice et une réclamation par le maître d’ouvrage sur le cautionnement d’exécution de l’entrepreneur.

Est-ce que votre entreprise est protégée contre les risques de fraude?

Est-ce que votre entreprise est protégée contre les risques de fraude?

Par Sara Ametrano

 

La fraude n’est pas seulement un crime qui cible les particuliers. Les fraudeurs jettent également leur dévolu sur les entreprises. Est-ce que la vôtre est préparée à affronter une cyber-attaque?

Is your business protected against fraud?

Pendant que la technologie continue d’évoluer et que nous sommes de plus en plus dépendants envers elle, notre vulnérabilité aux cyber-attaques s’accroît d’autant. En fait, le FBI rapporte qu’environ 4 000 tentatives de cyber-attaques interviennent chaque jour aux États-Unis.

À l’échelle mondiale, en 2018, on a répertorié la création de 245 millions de nouveaux virus informatiques et plus de 680 000 virus sont créés chaque jour. L’Institut Ponemom rapporte que 54 % des entreprises ont subi une ou plus d’une attaque l’année dernière. En 2017, l’économie canadienne a subi des pertes importantes de 3,1 milliards de dollars, selon la Chambre de commerce du Canada.

Pour mesurer pleinement l’ampleur de la cybercriminalité, Trisura Garantie s’est entretenue avec Jeremy MacBean, le directeur du marketing et des communications de la société Armes informatiques.

Nous avons demandé à M. MacBean quelle était l’erreur la plus répandue qu’on pouvait commettre et qui pouvait entraîner ces coûteuses cyber-attaques. « L’erreur la plus répandue survient entre le clavier et la chaise placée devant l’ordinateur, c’est-à-dire qu’elle est commise par des personnes », a-t-il soutenu. La sensibilisation des usagers constitue le principal vecteur de menace. Elle représente le plus grand risque. Il est logique d’affirmer que la majorité des cyber-attaques sont causées par des usagers qui cliquent sur des items qu’ils ne devraient pas cliquer ».

Jetons maintenant un coup d’œil sur les principaux types de fraudes qui peuvent avoir un impact sur les entreprises.

 

Fraude du président:

Qui est à risque?  Les employés travaillant étroitement avec le président d’une entreprise ou dont les postes comprennent des responsabilités financières sont les plus à risque.

Dans ce type de fraude, une personne se fait passer pour le président dans un courriel. Ces messages comportent habituellement un sentiment d’urgence et sont marqués « confidentiels ».

Une fraude du président peut entraîner des pertes pour des entreprises qui vont de plusieurs dizaines de milliers de dollars à des millions de dollars.

Fraudes commerciales:

Qui est à risque? La taille d’une entreprise n’importe pas. Toute organisation peut se retrouver dans la mire d’une fraude potentielle.

Pour ces types de fraudes, le fraudeur peut employer diverses approches.

Annuaire informatique : Dans ce cas précis, le pirate informatique fait parvenir à votre entreprise une proposition relative à une occasion de publicité. Tout d’abord, le fraudeur réunit des renseignements qui lui permettront d’accomplir son forfait. Par la suite, le fraudeur envoie une facture au service de la comptabilité qui n’a pas été préalablement informé que la demande n’avait jamais été approuvée.

Produits relatifs à la santé et la sécurité : Dans ce type de fraude, vous pouvez recevoir un coup de fil de la part du fraudeur. Il se fera passer pour un représentant du gouvernement puis il vous dira de mettre à jour vos trousses de premiers soins ainsi que votre formation en matière de santé et sécurité.

Fournitures de bureau : Pour ce type de fraude, le pirate informatique vous fera parvenir des items que l’entreprise n’a jamais commandés et il facturera l’entreprise pour ceux-ci.

Hameçonnage et hameçonnage par message texte:

Les courriels de hameçonnage et le hameçonnage par message texte semblent avoir été envoyés par une organisation autorisée. Les fraudeurs utilisent souvent un style et le logo d’organisations en qui vous avez confiance afin de vous contraindre à fournir des renseignements personnels.

La fraude représente un enjeu quotidien en raison des nouveaux virus informatiques qui sont créés et elle se présente sous différentes formes. MacBean donne quelques conseils utiles pour les particuliers et les entreprises afin qu’ils puissent se protéger et protéger leurs entreprises, et ce, dans la mesure du possible.

Particuliers:
  • Il est primordial d’identifier l’expéditeur d’un courriel. Pour ce faire, faites passer votre souris au-dessus d’un courriel ou d’une adresse URL afin de voir le lien;
  • Réfléchissez avant de cliquer;
  • Ne cliquez pas sur les pièces jointes;
  • L’installation de systèmes anti-virus et contre les courriels malveillants peut vous aider à faire face à cette menace avant qu’elle ne survienne.
Entreprises:
  • Offrez des formations régulières relatives à la sensibilisation des usagers;
  • Rappelez souvent à votre personnel de rester vigilant;
  • Prévoyez des formations fréquentes et pensez peut-être à proposer un test relatif au hameçonnage par courriel à tous les trois mois ou aux six mois.

Pour en savoir plus sur la façon de protéger votre entreprise contre les risques liés à la cyberfraude, cliquez ici

La Compagnie d’assurance Trisura Garantie annonce la nomination de Chris Sekine à titre de président et chef de la direction ainsi que la conclusion d’une entente de consultation avec Mike George

La Compagnie d’assurance Trisura Garantie annonce la nomination de Chris Sekine à titre de président et chef de la direction ainsi que la conclusion d’une entente de consultation avec Mike George

Chris Sekine appointed new President and CEO of Trisura Guarantee

TORONTO, le 19 mars 2019 – La Compagnie d’assurance Trisura Garantie (« Trisura Garantie ») annonce la nomination de Chris Sekine à titre de président et chef de la direction de Trisura Garantie. M. Sekine succède à Mike George, qui continuera de travailler pour Trisura Garantie à titre de consultant.

Bien connu de nos employés, courtiers et partenaires de réassurance, M. Sekine dirige le groupe du cautionnement de Trisura Garantie depuis sa création. Il est indissociable de la réussite de Trisura Garantie et a contribué à définir l’orientation administrative et stratégique, y compris notre initiative stratégique à l’intention des courtiers, à mettre sur pied des placements de réassurance et à superviser les décisions de tarification. Sous la direction de M. Sekine, notre groupe du cautionnement n’a cessé d’obtenir des résultats exceptionnels.

« Je connais Chris et travaille avec lui depuis plus de 25 ans : j’apprécie grandement son expertise et sa passion pour notre secteur d’activités, et son amitié m’est précieuse. Il fait partie de la famille Trisura depuis les tout débuts, et je suis convaincu que, sous sa gouverne, Trisura continuera d’offrir des expériences et des résultats exceptionnels tout en prenant appui sur ses acquis pour poursuivre sa progression », a déclaré M. George.

M. George a joué un rôle clé dans l’évolution de Trisura Garantie, depuis sa création en 2006 jusqu’à son année la plus fructueuse en 2018. Il a mis sur pied une équipe solide, reconnue pour son expertise en matière de tarification, sa réceptivité et ses valeurs d’entreprise, tout en se frayant un chemin dans le marché concurrentiel de l’assurance spécialisée. M. George continuera de travailler avec Trisura Garantie à titre de consultant afin de faciliter la transition à la direction. Nous ne remercierons jamais assez M. George de son apport à Trisura Garantie en tant que fondateur, dirigeant et ami. Nous lui adressons tous nos voeux de réussite pour l’avenir.

 

À propos de Trisura Garantie

Trisura Garantie est une société canadienne de cautionnement et d’assurance spécialisée. Par l’intermédiaire d’un réseau de bureaux de courtage nationaux et régionaux triés sur le volet, elle propose des solutions novatrices et une expertise dans les domaines du cautionnement commercial, de contrats et pour promoteurs immobiliers, de la responsabilité des administrateurs et des dirigeants, de l’assurance contre les détournements, la disparition et la destruction, de la responsabilité professionnelle (y compris la responsabilité des médias, des technologies et en ligne), des biens, des risques divers et des produits de garantie. Trisura Garantie a obtenu la note A- (excellent) d’A.M. Best Company.

Trisura Garantie est une filiale de Trisura Group Ltd, fournisseur d’assurance spécialisée international de premier plan qui exercice des activités dans les secteurs de marché suivants : cautionnement, solutions liées au risque, assurance d’entreprise et réassurance. Trisura possède trois filiales réglementées principales : Compagnie d’assurance Trisura Garantie, Trisura International Insurance Ltd. et Trisura Specialty Insurance Company. Trisura Group est coté à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSU ».

Renseignements:
Sandra Henkel
Vice President, Marketing & Distribution
Tél.: 416 607 2092
Courriel: Sandra.Henkel@Trisura.com

La Compagnie d’assurance Trisura Garantie demeure un partenaire à part entière du Programme de promotion du courtier pour l’année 2019

La Compagnie d’assurance Trisura Garantie demeure un partenaire à part entière du Programme de promotion du courtier pour l’année 2019

Toronto,18 mars 2019 – L’Association des courtiers d’assurances du Canada (ACAC) est heureuse d’annoncer que la Compagnie d’assurance Trisura Garantie (Trisura Garantie) a renouvelé son soutien au Programme de promotion du courtier à titre de partenaire à part entière.

Le parrainage de Trisura Garantie aidera à soutenir le Programme de promotion du courtier de l’ACAC qui repose sur une campagne de publicité lancée à l’échelle nationale pour sensibiliser les clients à la valeur importante que les courtiers d’assurances leur apportent – choix, conseils et défense des intérêts. Avec un logo actualisé et la nouvelle plateforme « On se calme », la campagne de promotion du courtier donne un nouveau souffle à l’image de marque et met en lumière la valeur du réseau de courtage comme mode de distribution.

De plus, leur investissement contribuera à la réalisation de plusieurs projets importants de l’ACAC, y compris les technologies novatrices, le perfectionnement professionnel et le plaidoyer auprès du gouvernement fédéral qui doit continuer d’insister sur l’importance de maintenir la séparation entre les activités des banques et des assureurs pour protéger les consommateurs et favoriser un marché juste et concurrentiel.

« Trisura Garantie doit son succès en grande partie au solide soutien de ses courtiers. Nous travaillons exclusivement avec les courtiers. Nous croyons que les courtiers d’assurances de dommages fournissent un service essentiel aux consommateurs en défendant leurs intérêts et en leur prodiguant des conseils. Notre partenariat continu avec l’ACAC est une façon de soutenir les courtiers en ce qui concerne une multitude de questions importantes pour les courtiers et leurs clients », indique Mike George, président et chef de la direction de Trisura Garantie.

Le directeur général de l’ACAC, Peter Braid, ajoute : « Trisura Garantie est un partenaire estimé qui s’est engagé à distribuer ses produits d’assurance spécialisés par l’intermédiaire du réseau de courtage seulement. Nous sommes reconnaissants de pouvoir compter sur le soutien financier continu de Trisura Garantie, soutien qui vient renforcer et souligner la valeur importante que les courtiers ajoutent à l’expérience client. »

 

À propos de Trisura Garantie:

La Compagnie d’assurance Trisura Garantie (Trisura Garantie) est une société canadienne de cautionnement et d’assurance spécialisée ayant des bureaux partout au Canada. Elle propose des solutions personnalisées et une expertise par l’intermédiaire d’un réseau de courtiers triés sur le volet. Trisura Garantie jouit d’une position unique pour gérer les risques du marché canadien en fournissant des cautionnements commerciaux, des cautionnements de contrat et des cautionnements pour promoteurs immobiliers. Elle fournit également l’assurance de la responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants, l’assurance contre les détournements et l’assurance de la responsabilité professionnelle, y compris l’assurance multimédia et l’assurance contre les cyberrisques, ainsi que des produits de garantie.

Trisura Garantie est une filiale de Trisura Group Ltd. (Groupe Trisura), fournisseur d’assurance spécialisée de premier plan qui exerce des activités à l’échelle internationale dans les segments de marché suivants : cautionnement, solutions de gestion des risques, assurance d’entreprise et réassurance. Le Groupe Trisura possède trois principales filiales sous réglementation fédérale : Compagnie d’assurance Trisura Garantie, Trisura International Insurance Ltd. et Trisura Specialty Insurance Company. Le Groupe Trisura est coté à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSU ».

 

À propos de l’ACAC:

L’Association des courtiers d’assurances du Canada, qui a été fondée en 1921, se veut le porte-voix national de plus de 38 000 courtiers en assurances de dommages en défendant à la fois les intérêts de ses membres et des consommateurs auprès du gouvernement du Canada. Le Programme de promotion du courtier a été lancé en 1988 pour promouvoir la valeur unique et le professionnalisme du courtier d’assurances auprès des consommateurs, des assureurs et des gouvernements.