Select Page

Q: Comment avez-vous débuté dans l’industrie de l’assurance ? Qu’est-ce qui vous a attiré ou comment avez-vous été attirée ?

R: À l’instar de plusieurs personnes qui travaillent au sein de cette industrie, je suis simplement « tombée dans l’assurance ». Ma mère n’était pas une adepte des vacances estivales. C’est pourquoi, il y a plus d’une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler dans la petite société de courtage de ma tante. À l’époque, je différais vraiment d’opinion avec ma mère quand je savais que tous mes amis profitaient des jours ensoleillés dehors et faisaient des voyages avec pour tout bagage un sac à dos. Aujourd’hui, je la remercie, car cette route de ma vie m’a rendue plus forte jour après jour. Quand je me suis jointe à Trisura en 2009, qui en était alors à ses touts débuts, j’ai fait le saut et je me suis donné le défi de grandir de pair avec cette jeune compagnie. Et je dois dire que je suis incroyablement fière de constater où nous en sommes aujourd’hui. Et grâce à cette équipe qui m’appuie, je crois bien que j’ai grandi énormément !

Q: Selon vous, quel est le plus grand défi auquel les courtiers et les souscripteurs font face aujourd’hui ?

R: Le marché mou et les produits d’assurance directs auprès des consommateurs. Quel que soit le produit d’assurance que vous ciblez (cyberrisques, E&O en matière de technologies, assurance des A&D, etc.), chaque jour représente un défi. Avec la venue de nouveaux joueurs sur le marché, qui semblent être partout à la fois, on observe une concurrence accrue pour obtenir des parts de marché, ce qui a notamment pour conséquence de faire abaisser les primes, et ce, même si les pertes s’accumulent. En raison des produits d’assurance directs auprès des consommateurs, le défi pour les courtiers et les compagnies comme Trisura, qui se consacrent au volet de la distribution des produits auprès d’un réseau de courtiers, consiste à créer et à ajouter de la valeur. Plusieurs produits deviennent de plus en plus banalisés. Conséquence obligée, les courtiers et les souscripteurs sont tenus de concentrer leurs efforts sur la vente de services et de créer et d’ajouter de la valeur où cela est possible. Je pense vraiment que les souscripteurs chez Trisura se distinguent en travaillant en partenariat avec des courtiers clés dans la création commune de valeur où elle est la plus exigée et je suis fière d’appartenir à cette équipe.

Q:  Quelle est, selon vous, la caractéristique principale d’un souscripteur qui incite les courtiers à travailler avec elle ou lui ?

R: Je crois que les courtiers valorisent les connaissances en ce qui a trait aux produits et au marché. Quand vous connaissez bien vos produits et que vous comprenez comment les risques peuvent être couverts, cela permet à un souscripteur de fournir une solution sur mesure pour le client. Quand, à titre de souscripteur, vous avez la capacité de proposer la meilleure solution parmi notre gamme complète de produits, vous saurez alors établir une relation de confiance avec le courtier. De plus, quand un souscripteur est sur la même longueur d’ondes  que le marché, il est en mesure d’aider le courtier à trouver des arguments de vente que celui-ci pourra proposer à son client, ce qui lui vaudra peut-être de gagner ce compte.

Q: À votre avis, quelle est la stratégie la plus efficace permettant aux courtiers et aux souscripteurs de former un partenariat fructueux ?

R: Une communication ouverte constitue la clé pour établir et maintenir un partenariat fructueux. Malheureusement, plusieurs personnes se cachent derrière l’anonymat relatif des courriels plutôt que de comprendre que l’essence d’un partenariat fructueux peut reposer sur un simple coup de fil ou une rencontre en personne. En outre, il est facile de communiquer des choses importantes lors d’une conversation téléphonique, qu’il s’agisse d’obtenir des renseignements additionnels, de mettre la dernière touche à un accord ou de discuter d’un point important dans un compte client. De plus, une communication téléphonique ou une rencontre en personne peut mener à des discussions amusantes où vous aurez peut-être l’occasion d’apprendre un fait méconnu à propos de votre partenaire d’affaires qu’il n’aurait pas été possible de savoir autrement.

Q: Voilà donc pour les questions ardues. Maintenant, amusons-nous un  peu.

  • Voyage en voiture ou maison ? L’avion pour explorer le monde !
  • Bière froide ou racinette ? Aucune – jus de raisins rouges alcoolisé
  • Netflix ou Cineplex? Netflix
  • Chiens ou chats? Chiens ! J’en ai un qui a beaucoup de personnalité. Il s’appelle Wylie (Compte Instagram : @wyliefluffpants)
  • Tim Hortons ou Starbucks? Starbucks – actuellement, je suis vendue au thé infusé Teavana avec du miel ! Ou encore le thé vert latté matcha avec du lait d’amande !
  • Sur la scène ou dans les coulisses ? Dans les coulisses – c’est là où le vrai travail est accompli !
  • Beurre d’arachides ou Nutella? Nutella
  • Pizza avec ou sans ananas ? Sans ananas, de grâce !