Select Page

Commercial Surety profile

Q: Comment avez-vous commencé votre carrière dans l’industrie de l’assurance?

R: Honnêtement, je n’avais jamais envisagé une carrière dans le domaine de l’assurance durant mon parcours académique. Alors que je terminais mon CEGEP à Québec et que je devais entrer à l’Université à l’automne faire une majeure en traduction d’allemand, j’ai accepté un travail d’été en réassurance. J’ai beaucoup aimé mon expérience de travail et la direction m’a demandé si je désirais poursuivre avec l’entreprise…et j’ai accepté ! Trois années plus tard, la compagnie prenait la décision de transférer toutes ses lignes d’affaires « internationales » à Montréal et nous avions la possibilité de suivre ou non, ce que j’ai fait. En 1990, suivant plusieurs pertes majeures, la direction a fermé le département de réassurance et a relocalisé les employés dans divers secteurs, c’est alors que j’ai commencé ma carrière dans le domaine du cautionnement.

Q: Quel a été le changement le plus important dans l’industrie depuis vos débuts chez Trisura?

R:  Notre industrie a beaucoup changé depuis les dernières années ! Mises à part nos relations interpersonnelles avec les courtiers qui demeurent l’élément essentiel – le cœur de nos relations d’affaire – je serais tentée de vous dire que tout est très différent ! Que nous pensions, à priori, aux technologies qui ont grandement évolué et qui ont aussi permis d’améliorer nos méthodes de travail. Aussi, il va sans dire que les besoins de notre clientèle sont très différents et évoluent rapidement selon la situation économique et ce, au niveau mondial. Les façons de transiger en affaire se sont affinées et sont beaucoup plus structurées : objectifs, plan d’action, stratégies de développement d’affaires, éducation, formation et présentation…nous devons combiner nos talents de souscription à ceux de vente afin de maintenir une croissance rentable et de pouvoir acquérir une plus grande part de marché. La compétition est un élément plus présent de nos jours. L’automatisation des tâches cléricales nous permet de nous consacrer plus activement au développement des affaires et à la recherche de nouveaux produits.

Q:  S’il y avait une chose que les courtiers devraient apprendre à propos des souscripteurs, que serait-elle?

R: Le principal rôle du souscripteur consiste à effectuer un travail de pré-qualification financière, il décide quels sont les risques à accepter ou à refuser selon plusieurs critères et détermine la prime appropriée en fonction des obligations liées aux différents produits. Nos décisions sont prises selon nos différents appétits et afin d’assurer une croissance rentable. Notre plus grand souci est d’être à l’écoute des besoins de nos courtiers et trouver des solutions profitables pour leurs clients afin de nous permettent d’établir des relations durables et de pouvoir partager nos expertises pour l’atteinte des nos objectifs communs.

Q: S’il y avait une chose que les souscripteurs devraient apprendre à propos des courtiers, que serait-elle?

R: En tant que souscripteur et partenaire d’affaire, nous devons garder à l’esprit que nos courtiers s’attendent à obtenir de notre part un excellent service et que la rapidité d’exécution est primordiale. Nous devons travailler à satisfaire ces exigences, avoir l’esprit ouvert et regarder toutes les opportunités possibles. Essentiellement, je suis d’avis que notre souci premier est de s’assurer de bien connaître chaque cabinet de courtage afin de mieux déterminer leurs besoins et de pouvoir apporter des solutions innovatrices et adaptées à leur clientèle. Selon moi, nous devons être plus réceptifs et imaginatifs, cette approche est essentielle pour arriver à se démarquer des autres marchés.

Q: Quel sera le rôle de la technologie dans l’avenir du cautionnement commercial?

R: Le rythme des changements technologiques, depuis le temps que je travaille, n’est qu’une ombre de ce que nous verrons au cours des 15 à 20 prochaines années. Cette prochaine vague de changements va fondamentalement remodeler toutes nos carrières.
Les fonctions administratives ainsi que les rôles de production connaîtront des baisses considérables. À l’inverse, les opérations commerciales et financières ainsi que les fonctions informatiques et mathématiques connaîtront des hausses importantes.

Plus particulièrement, dans le domaine des cautionnements commerciaux, je crois que Trisura a judicieusement positionné la compagnie en développant un portail pour faciliter le travail de nos courtiers. Nous considérons que cet outil représente la meilleure solution pour eux afin d’accroître leur volume d’affaire, de réduire les charges du travail administratif tout en favorisant de bonnes valeurs environnementales. Chez Trisura, nous nous considérons comme un leader en matière de technologies utilisées et nous nous engageons à le demeurer; nous sommes positionnés pour l’avenir, que ce soit entre autre, pour l’émission des cautionnements électroniques qui deviendra une réalité prochainement dans notre industrie. Des systèmes comme le portail nous permettent de faciliter la gestion de programmes, augmenter notre productivité avec un minimum d’effectif… en favorisant la réduction des coûts et l’augmentation de la croissance.

Q: Qu’est-ce que les courtiers devraient faire afin de continuer à connaître du succès à l’avenir?

R: Nos courtiers devront nécessairement revoir aussi leur façon de faire et passer à une vitesse supérieure en utilisant les technologies de pointe que nous pouvons leur offrir. Considérant que de nombreux assureurs offrent maintenant leurs produits en ligne et donnent accès directement aux consommateurs, nos courtiers d’assurance auront à faire des choix en s’associant avec les meilleurs assureurs qui seront susceptibles de pouvoir les aider à conserver et bien desservir leur clientèle.

 

Q: Finalement, quelle est la chose que vous préférez en ce qui concerne la Ville de Montréal? 

R: C’est une excellente question, très difficile d’avoir un seul favori !
Montréal possède tant d’attraits, tous aussi différents et intéressants, pour lesquels on aime cette ville ! On y retrouve beaucoup de diversité : gastronomie, vins et vie nocturne – concerts, spectacles – parcs et nature – le Vieux Montréal, la Petite Italie, etc…Cependant, puisque je suis une fille qui apprécie la nature et le plein air, je vous répondrais que le Mont-Royal est un de mes endroits préférés ! Ce magnifique parc naturel nous permet de nous évader en pleine nature…et ce, en plein cœur de la ville !